Stackedit.io : un éditeur Markdown avec votre navigateur

Stackedit.io vous offre la possibilité de rédiger des documents au format Markdown à l’aide de votre navigateur que vous soyez connecté ou non (les fichiers sont sauvegardés sur votre ordinateur). C’est plutôt malin.

Les jetons d’accès émis par Google, Dropbox, GitHub… sont stockés dans votre navigateur et ne sont pas envoyés à un quelconque backend ou à une tierce partie, de sorte que personne n’a accès à vos données.

SackEdit vous permet aussi d’organiser vos fichiers au sein de dossiers. Il devient ainsi l’équivalent d’un bloc-notes personnalisé.

Vous pouvez gérer plusieurs espaces de travail et les synchoniser. Par exemple, l’un pourra être sur Google Drive et l’autre sur Github. En utilisant Github, vous pouvez ainsi synchroniser vos fichiers entre différents ordinateurs et vous disposez également d’une sauvegarde.

Mais le partage d’espace, grâce au mécanisme de synchronisation, permet un travail collaboratif. Si deux collaborateurs travaillent en même temps sur le même fichier, StackEdit se charge de fusionner les modifications. En plus, vous pouvez publier/sauvegarder vos fichiers sur Github, Google Drive ou Dropbox notamment.

En plus, il est églement possible de lier Stackedit.io avec votre compte WordPress ou Blogger et rédigez vos billets de blogs en mardown avant de les publier sur votre blog.

Autrement, on retrouve les fonctionnalités de base de tout éditeur Markdown.

Lien : https://stackedit.io

Les premières nominations de Biden promettent une administration à l’opposé de celle de Trump

Donald Trump s’est résigné, lundi 23 novembre, à donner son feu vert pour le début de la transition, sans pour autant reconnaître encore sa défaite. « Dans l’intérêt supérieur de notre pays, je recommande » que l’agence gouvernementale chargée du transfert du pouvoir fasse « ce qui est nécessaire concernant les protocoles, et j’ai demandé à mon équipe de faire de même », a ainsi tweeté le président américain, contre toute attente.

Le président élu, Joe Biden, avait commencé, sans l’attendre, à dessiner son gouvernement. Après la nomination, le 11 novembre, de celui qui sera son principal bras droit, Ronald Klain, un très proche, expert reconnu de l’Etat fédéral, puis celle de sa garde rapprochée à la Maison Blanche, le 17 novembre, où on retrouve son ancienne directrice de campagne, Jen O’Malley Dillon, ainsi que deux conseillers de longue date, Steve Ricchetti et Mike Donilon, le président élu a dévoilé lundi les noms d’une partie de son futur cabinet.

La proximité avec l’ancien vice-président démocrate, le souci de la compétence, de la parité et de la diversité apparaissent comme les principaux critères de choix.

Photo :

Joe Biden, lors de la conférence des maires des Etats-Unis, au Queen Theater, à Wilmington (Delaware), le 23 novembre. Carolyn Kaster / AP

L’article : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/24/experience-et-diversite-la-future-administration-de-joe-biden-est-le-parfait-contraire-de-celle-de-donald-trump_6060865_3210.html

Powered by Journey Diary.

Rock : le voyage de The Flaming Lips vers ses racines

« American Head », seizième album du groupe américain fondé en 1983, fait principalement entendre sa part la plus émouvante.

A l’occasion des dix ans de Nox Orae en 2019, The Flamings Lips avaient enchanté les festivaliers notamment avec une pluie de confetis et une débauche de bulle de toutes sorte. Cette année, ils reviennent nous trouver avec un album des plus aboutis. Le Monde en dit tout le bien qu’il pense de cet album.

Formé en 1983 à Oklahoma City, dans l’Etat américain du même nom, The Flaming Lips, passé une première période punk rock, et quelques changements de personnel – le chanteur et guitariste Wayne Coyne et le bassiste Michael Ivins en sont les deux membres permanents depuis les débuts –, s’est développé avec des éléments psychédéliques et pop. Une évolution sensible à la fin des années 1980, plus affirmée au cours de la décennie suivante, avec notamment l’arrivée de Steven Drozd, multi-instrumentiste. Une manière qui a mené le groupe vers les albums The Soft Bulletin, en 1999, et Yoshimi Battles The Pink Robots, en 2002, accompagnés d’un important succès public et d’une reconnaissance critique élargie.

Le  formation pop psychédélique The Flaming Lips, en avril, à Oklahoma City.

Le  formation pop psychédélique The Flaming Lips, en avril, à Oklahoma City. GEORGE SALISBURY.

Régulièrement, The Flaming Lips a proposé des ballades émouvantes, emportées par la voix fragile de Wayne Coyne. Elles dominent dans American Head, mises en valeur par de superbes arrangements. Ce sont des entrelacs de guitares acoustiques et de sonorités de claviers à effets symphoniques (Will You Return/When you Come Down, Flowers of Neptune 6), des gouttelettes de piano acoustique traversées par la plainte d’une guitare électrique et de soudaines relances chorales, un son bizarre (At the Movies on Quaaludes). Ailleurs, un écart électro minimaliste (Brother Eye) précède l’apport d’un cor et d’un violoncelle (Mother Please Don’t Be Sad), d’un vibraphone (When We Die When We’re High), de cloches tubulaires (God and the Policeman, avec la chanteuse country pop Kacey Musgraves). Le tout avec des chansons qui se suivent, sans silence intermédiaire, renforçant la sensation d’une plongée en musique.

Source : Rock : le voyage de The Flaming Lips vers ses racines

Powered by Journey Diary.

septembre 25, 2020 10:16

Je reprends le fil de mes notes avec Journey.

C’est toujours une grande “bataille” entre Journey et DayOne.

Et ce n’est toujours pas tranché.

Ni de l’intérêt de disposer de l’un ou de l’autre.

Cela dit, j’aime bien la version web de Journey. Un plus par rapport à DayOne (qui dispose d’autres avantages comme les multicartes).

Dans les plus aussi, la possibilité de publier sur un blog wordpress ou tumblr.

#journey #dayone

Powered by Journey Diary.

Chasseur de cols : Schallenberg, Glaubenberg, Glaubenbielen, Lüderenalp et Belpberg (10.07.2020)

Changement de programme au départ ce matin. Les orages prévus dans les Alpes du côté de Brig et d’Andermatt m’ont amené à choisir de rejoindre l’Entlebuch et l’Emmenthal. Au final, 5 cols auront été au programme. C’est pas mal aussi 😉

Le parcours du jour :

Retrouver le parcours : https://rider.live/p/Qt1iwhq1
Retrouver le parcours : https://rider.live/p/Qt1iwhq1

Il est 9h30 quand je rejoins Guin par l’autoroute, histoire de ne pas prendre trop de retard. Je choisis ensuite un parcours de transition que j’apprécie particulièrement : Galmiz, Oberbalm, Zimmerwald et Kehrsatz.

J’adore passer dans le paisible village de Zimmerwald, lieu en 1915 d’une conférence et d’un manifeste mémorables de socialistes européens où participèrent notamment Lénine et Trotsky à l’initiative du Suisse Robert Grimm. Conférence dont le paisible village eut de la peine à se remettre pendant longtemps… (à lire : Zimmerwald, berceau de la révolution russe | Swissinfo)

A Kehrsatz, le temps est venu d’une pause café. Le soleil et la chaleur sont au rendez-vous. Il est 11h00. Après la pause café, il est temps de rejoindre le premier col de la journée avec le Schallenberg haut lieu de passage des motards du coin et de tous ceux qui passent en direction de l’Entelbuch et du lac des Quatre-Cantons. Ou qui en reviennent…

Après un bref arrêt au Schallenberg, il est temps de rejoindre l’Entlebuch et le deuxième col de la journée. Il est 13h08 quand j’arrive au Glaubenberg que vous pouvez rejoindre depuis Entlebuch ou Sarnen. Mon premier contact avec ce col n’a rien d’une aventure motocycliste, mais à l’occasion d’un cours de répétition (service militaire). Le cadre est toujours aussi sauvage.

J’en profite pour manger mon picnic. Rapidement, quelques gouttes de pluie tombent, puis la pluie s’accélère. Une brève averse laisse à penser que le temps se détériore. Mais il n’en est rien, c’est un nuage de pluie qui a vite fait de passer. Le soleil revient immédiatement derrière.

Je redescends ensuite du côté de Sarnen. Le paysage laisse découvrir le lac du même nom et les montagnes aux alentours où le ciel est bien noir et la pluie bien présente. Avant Stalden, je bifurque à droite pour rejoindre Oberwilen. Je suis à flanc de coteau et je surplombe le lac de Sarnen avant de rejoindre Giswil et emprunter la route panoramique pour rejoindre le Glaubenbielen Passhöhe, troisième col de la journée, qui me ramène à Schüpfheim et en Entlebuch. A la sortie de Giswil, la route est détrempée. Le pluie m’a précédé. Je passe entre les gouttes, comme tout long de l’après-midi… 

A Schüpfheim, histoire de continuer ma journée, je reprends en direction d’Entlebuch. J’ai dans l’idée de rejoindre Wasen in Emmenthal, par des petites routes, pour rejoindre ensuite Lüdernalp, puis Langnau.

A Menznau, j’oblique à gauche en direction de Menzberg. Ce sera ma première découverte du jour. Je zigzague sur les crêtes et dans un paysage surplombant les alentours. Magique. Avant d’arriver à Menzberg , qui est un cul-de-sac, je redescends en direction de Schülen, puis Willisau. J’y arrive à proximité de la vieille ville. Je prends l’engagement d’y faire étape une prochaine fois. A Käppelimmatt, peu après Willisau, je continue ma découverte enchanteresse des environs et je rejoins Breiten, Hergiswil, Hofstatt, Eriswil et enfin Wasen in Emmenthal. Splendide découverte. Je ne peux que vous inciter à découvrir ces collines et ces crêtes. Le panorama vous éblouira.

Panorama sur les Alpes bernoises depuis la terrasse de Hôtel Bärnsicht à Lüderenalp
Panorama sur les Alpes bernoises depuis la terrasse de Hôtel Bärnsicht à Lüderenalp

A Wasen in Emmenthal, j’entreprends l’ascension de mon quatrième col du jour pour rejoindre Lüderenalp avec l’intention de rejoindre ensuite Langnau. Malheureusement, arrivée Lüderenalp, la route est bloquée en raison de travaux. J’en profite néanmoins pour faire une pause bienvenue sur la terrasse de l’Hôtel Bärnsicht. Je vous recommande cette superbe terrasse et la vue sur les alentours.

Je redescends ensuite sur Wasen in Emmenthal. Je me décide ensuite de rejoindre Affoltern in Emmenthal, via Weier in Emmenthal, puis je prends direction Häsle et Münsingen (Munisenges en français). Ce parcours de transition est agréable. Mon objectif en rejoignant Munsingen consiste à entreprendre le dernier col de ma journée avec le Belpberg. Il me faut pour cela franchir l’Aar et entreprendre une montée fort escarpée, dans un premier temps, à travers la forêt. A Münsingen, il me faut zigzaguer quelque peu dans des rues résidentielles avant de trouver un pont fort étroit. Il me donne l’impression de franchir, toute proportion gardée, l’Amazone pour m’engouffrer dans la forêt amazonienne. Pas besoin de parcourir des milliers de kilomètres pour avoir l’impression de partir à l’aventure… Ce sera la deuxième découverte du jour avant de rejoindre Belpberg et de redescendre ensuite vers Toffen, puis suivre Riggisberg, Ruschegg, Riffenmatt et Le Mouret.

Au Mouret, je prends une dernière décision. Ce sera le barrage de Rossens. Une descente à travers la roche qui a un petit air de montagne du Colorado. Après un arrêt après le barrage, il est temps d’entreprendre le dernière étape et de rentrer à la maison.

Au final, avec les détours, 494 km parcourus, 9 heures environ sur la moto et 1h52 de pauses. Une journée bien remplie et passionnante.