Panne de Google: un seul être vous manque, et tout est dépeuplé

La panne de Google a duré moins d’une heure ce lundi mais a touché des centaines de millions d’utilisateurs, dont d’innombrables entreprises, hôpitaux et écoles compris. Cette dépendance est-elle bien raisonnable, se demande la presse…

«Des gens se sont retrouvés dans le noir, dans l’impossibilité d’allumer leurs lumières contrôlées par Google Home. Dans mes deux dernières réunions, je n’ai pas pu utiliser mes diapos prévues, car elles étaient stockées dans Google Slides. Notre dépendance à la technologie est devenue immense, mais la fiabilité, le contrôle et la qualité n’ont pas suivi. De nombreuses compagnies vont revoir leurs accords avec Google et réaliser que leur business dépend d’un empilement extérieur qui leur échappe complètement.» C’est dans The Guardian que s’exprime la frustration d’un représentant de l’entreprise de contrôle de logiciels financiers BCS, touché comme des centaines de millions d’utilisateurs de Google ce lundi midi par la panne soudaine de ses services, pendant un peu moins d’une heure.

Une panne mondiale qui a affecté la grande majorité des services de Google, le moteur de recherche en ligne n’étant, lui, pas affecté. «Les haut-parleurs intelligents, les détecteurs de fumée ou les thermostats ne pouvaient plus être contrôlés et sont passés en mode fail-safe», rassure cependant le Guardian, mais les utilisateurs n’avaient plus accès aux paramètres.

En ces temps de télétravail intensifié, et où les écrans remplacent de plus en plus le reste de la vie sociale dans les pays affectés par la pandémie, la panne de Google fait se dresser les cheveux sur la tête de beaucoup. Est-ce bien raisonnable, vraiment?

Source : Panne de Google: un seul être vous manque, et tout est dépeuplé – Le Temps

>

Les premières nominations de Biden promettent une administration à l’opposé de celle de Trump

Donald Trump s’est résigné, lundi 23 novembre, à donner son feu vert pour le début de la transition, sans pour autant reconnaître encore sa défaite. « Dans l’intérêt supérieur de notre pays, je recommande » que l’agence gouvernementale chargée du transfert du pouvoir fasse « ce qui est nécessaire concernant les protocoles, et j’ai demandé à mon équipe de faire de même », a ainsi tweeté le président américain, contre toute attente.

Le président élu, Joe Biden, avait commencé, sans l’attendre, à dessiner son gouvernement. Après la nomination, le 11 novembre, de celui qui sera son principal bras droit, Ronald Klain, un très proche, expert reconnu de l’Etat fédéral, puis celle de sa garde rapprochée à la Maison Blanche, le 17 novembre, où on retrouve son ancienne directrice de campagne, Jen O’Malley Dillon, ainsi que deux conseillers de longue date, Steve Ricchetti et Mike Donilon, le président élu a dévoilé lundi les noms d’une partie de son futur cabinet.

La proximité avec l’ancien vice-président démocrate, le souci de la compétence, de la parité et de la diversité apparaissent comme les principaux critères de choix.

Photo :

Joe Biden, lors de la conférence des maires des Etats-Unis, au Queen Theater, à Wilmington (Delaware), le 23 novembre. Carolyn Kaster / AP

L’article : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/24/experience-et-diversite-la-future-administration-de-joe-biden-est-le-parfait-contraire-de-celle-de-donald-trump_6060865_3210.html

Powered by Journey Diary.