Rock : le voyage de The Flaming Lips vers ses racines

« American Head », seizième album du groupe américain fondé en 1983, fait principalement entendre sa part la plus émouvante.

A l’occasion des dix ans de Nox Orae en 2019, The Flamings Lips avaient enchanté les festivaliers notamment avec une pluie de confetis et une débauche de bulle de toutes sorte. Cette année, ils reviennent nous trouver avec un album des plus aboutis. Le Monde en dit tout le bien qu’il pense de cet album.

Formé en 1983 à Oklahoma City, dans l’Etat américain du même nom, The Flaming Lips, passé une première période punk rock, et quelques changements de personnel – le chanteur et guitariste Wayne Coyne et le bassiste Michael Ivins en sont les deux membres permanents depuis les débuts –, s’est développé avec des éléments psychédéliques et pop. Une évolution sensible à la fin des années 1980, plus affirmée au cours de la décennie suivante, avec notamment l’arrivée de Steven Drozd, multi-instrumentiste. Une manière qui a mené le groupe vers les albums The Soft Bulletin, en 1999, et Yoshimi Battles The Pink Robots, en 2002, accompagnés d’un important succès public et d’une reconnaissance critique élargie.

Le  formation pop psychédélique The Flaming Lips, en avril, à Oklahoma City.

Le  formation pop psychédélique The Flaming Lips, en avril, à Oklahoma City. GEORGE SALISBURY.

Régulièrement, The Flaming Lips a proposé des ballades émouvantes, emportées par la voix fragile de Wayne Coyne. Elles dominent dans American Head, mises en valeur par de superbes arrangements. Ce sont des entrelacs de guitares acoustiques et de sonorités de claviers à effets symphoniques (Will You Return/When you Come Down, Flowers of Neptune 6), des gouttelettes de piano acoustique traversées par la plainte d’une guitare électrique et de soudaines relances chorales, un son bizarre (At the Movies on Quaaludes). Ailleurs, un écart électro minimaliste (Brother Eye) précède l’apport d’un cor et d’un violoncelle (Mother Please Don’t Be Sad), d’un vibraphone (When We Die When We’re High), de cloches tubulaires (God and the Policeman, avec la chanteuse country pop Kacey Musgraves). Le tout avec des chansons qui se suivent, sans silence intermédiaire, renforçant la sensation d’une plongée en musique.

Source : Rock : le voyage de The Flaming Lips vers ses racines

Powered by Journey Diary.

Stackedit.io : un éditeur Markdown avec votre navigateur

Lien : https://stackedit.io

Stackedit.io vous offre la possibilité de rédiger des documents au format Markdown à l’aide de votre navigateur que vous soyez connecté ou non (les fichiers sont sauvegardés sur votre ordinateur). C’est plutôt malin.

Les jetons d’accès émis par Google, Dropbox, GitHub… sont stockés dans votre navigateur et ne sont pas envoyés à un quelconque backend ou à une tierce partie, de sorte que personne n’a accès à vos données.

Stackedit.io vous permet aussi d’organiser vos fichiers au sein de dossiers. Il devient ainsi l’équivalent d’un bloc-notes personnalisé.

Vous pouvez gérer plusieurs espaces de travail et les synchoniser. Par exemple, l’un pourra être sur Google Drive et l’autre sur Github. En procédant de la sorte, vous devriez pouvoir synchroniser vos fichiers entre différents ordinateurs et disposez aussi d’une sauvegarde

En plus, vous pouvez publier vos fichiers sur Github, Google Drive ou Dropbox notamment. En plus, il est églement possible de lier Stackedit.io avec votre compte WordPress ou Blogger et rédigez vos billets de blogs en mardown avant de les publier sur votre blog.

Autrement, on retrouve les fonctionnalités de base de tout éditeur Markdown.

Concert libre et gratuit de Pink Floyd sur Youtube

Suivant l’exemple de Radiohead et Metallica, Pink Floyd lance une série de concerts sur YouTube”, inédits, rares ou archivés et les diffusera gratuitement” au cours des prochaines semaines.

Pink Floyd - PULSE (Restored & Re-Edited 90 Minute Version)

Pink Floyd – PULSE (Restored & Re-Edited 90 Minute Version)

Le début du concert est véritablement bluffant visuellement avec ce coeur qui bat. Les concerts de Pink Floyd sont une expérience musicale et visuelle vraiment uniques. A ne pas manquer.

Il n’est peut-être pas inutile de préciser que Pink Floyd est aujourd’hui composé de deux personnes seulement, David Gilmour et le batteur Nick Mason. Le claviériste Richard Wright est décédé en 2008 et le bassiste/imprimétateur d’opéra rock Roger Waters a quitté le groupe, en 1985, pour faire ses propres disques. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence si le premier film que le groupe a sorti est Pulse de 1994, un ensemble de 22 chansons de la tournée Division Bell, le deuxième album studio réalisé sans Waters…

Ce spectacle se distingue notamment par “l’inclusion du tout premier enregistrement cinématographique de Pink Floyd jouant The Dark Side of the Moon en intégralité”.

Visitez la chaîne Youtube Pink Floyd pour découvrir d’autres lives streams à l’avenir.

Set list du concert : Filmé en direct le 20 octobre 1994 à Earls Court, London, UK. Restoré & ré-édité en 2019 depuis les bandes du master original.

  • 0:00 Speak To Me
  • 1:17 Breathe (In The Air)
  • 4:00 On The Run
  • 7:43 Time
  • 14:23 The Great Gig In The Sky
  • 19:34 Money
  • 28:30 Us And Them
  • 35:31 Any Colour You Like
  • 38:48 Brain Damage
  • 42:34 Eclipse
  • 44:27 Sorrow
  • 55:37 Keep Talking
  • 1:03:13 High Hopes
  • 1:11:20 Wish You Were Here
  • 1:17:30 Comfortably Numb